Présentation de la paroisse

Nos ancêtres avaient de l’œil. Ils ont décidé de construire leur maison et leur église aux pieds de ce mont qui surgit en plein cœur d’une vaste plaine abreuvée par une longue rivière qui tire son nom du Cardinal Richelieu qui avait une grande influence politique en France au temps de notre fondation. Ils ont marqué l’histoire de notre pays. Ils ont la réputation d’être fiers de leur langue et de leur culture, de leur histoire et de leur patrimoine.

Notre paroisse se situe dans l’une des régions les plus fertiles du Québec, bordée au sud par l’immense Lac Champlain et au nord par le grand fleuve Saint-Laurent. Dans cette région densément peuplée, les activités culturelles, économiques, sociales et politiques, y sont intenses.

À Beloeil, McMasterville et St-Mathieu de Beloeil l’agriculture a longtemps été la force de ce beau coin de pays. Par la suite, des industries importantes (C.I.L.) ont favorisé la croissance économique. Grâce au transport en commun vers Montréal, le secteur résidentiel prend de plus en plus d’importance car beaucoup y travaillent.

Notre paroisse prend donc sa source au cœur de ces trois municipalités dynamiques et fières. Elle regroupe en son territoire, près de 30,000 personnes réparties en 12,000 foyers. La paroisse Trinité-sur-Richelieu est toute jeune puisqu’elle est née en 2001 par la fusion de trois paroisses existantes. Sa jeunesse n’entrave en rien sa vitalité et l’implication de ses membres. Une équipe pastorale composée de 7 personnes (laïques et prêtres) anime cette communauté qui aime célébrer, se ressourcer et s’engager.

Une fête des bénévoles regroupe chaque année environ 350 personnes qui célèbrent avec joie leur implication dans le milieu. En plus des célébrations liturgiques quotidiennes et hebdomadaires, chaque année plus de 800 personnes sont rencontrées grâce en grande partie au parcours catéchétique qui s’adresse aux familles dès la naissance d’un enfant jusqu’à sa confirmation. L’équipe pastorale ainsi que les parents sont particulièrement fiers de l’énergie qui est donnée à la jeunesse dans ce parcours catéchétique qui veut favoriser la découverte et la croissance de la foi en Dieu ainsi que l’expérimentation des valeurs de la vie communautaire.

En résumé, il fait bon vivre sa foi les yeux dirigés vers ce magnifique paysage offert par le mont St-Hilaire et la rivière qui coule à ses pieds. C’est avec fierté que nous vous invitons à découvrir davantage notre milieu si le cœur vous en dit. Nous serons heureux de vous y accueillir.

Historique

La paroisse Trinité-sur-Richelieu de Beloeil-McMasterville est toute jeune, puisqu’elle a vu le jour en octobre de l’an 2001. Elle est née du regroupement des paroisses de Saint-Matthieu, Sainte-Maria-Goretti de Beloeil et Sacré-Cœur de Jésus de McMasterville. Ci-dessous se trouve donc l’abrégé historique de chacune des paroisses souches de la paroisse nouvellement fondée.

Les fêtes de fondation

À titre de présentation de l’événement en tant que tel de la fondation de la nouvelle paroisse, voici ce qu’en dit M. Roger Lafrance du journal local, L’Oeil Régional, en date du 3 novembre 2001.

«Trinité-sur-Richelieu – Le début d’un temps nouveau »

L’église Saint-Mathieu était bondée, dimanche dernier, pour la cérémonie de fondation de la nouvelle paroisse de Beloeil et de McMasterville, Trinité-sur-Richelieu.

Dès le début de l’assemblée, l’évêque de Saint-Hyacinthe, Mgr François Lapierre, a fait lecture d’un décret officialisant l’abolition des trois paroisses existantes et l’érection de la nouvelle paroisse. Il s’agissait d’une première pour le diocèse, un geste que l’évêque a tôt fait de souligner dans son homélie. « Vous avez eu le courage de chercher des chemins nouveaux, a-t-il déclaré. Je souhaite que le nouveau nom soit source de renouvellement de la foi dans toute la communauté. »

La fondation de la nouvelle paroisse s’inscrit dans un long processus qui s’est amorcé en 1995, dans le diocèse, sur l’Avenir des Paroisses. Les trois paroisses avaient vécu une première réorganisation en 1999, lors du regroupement des équipes de pastorale. Le regroupement des paroisses devenait dès lors un cheminement logique.

Lors de son homélie, Mgr François Lapierre a souligné que le choix du nom, Trinité-sur-Richelieu, se voulait rassembleur. Une décision qui est fidèle à la mission même de l’Église catholique. » La mission de l’Église est de rassembler toute l’humanité dans l’unité et la communion, » a-t-il déclaré.

Mgr Lapierre n’a pu s’empêcher de rappeler les attentats du 11 septembre ainsi que la riposte américaine qui a suivi en Afghanistan. Ce matin-là, 16 chrétiens (des protestants) avaient été tués par des assaillants alors qu’ils assistaient à un office religieux dans une église catholique du Pakistan. « Cet événement nous démontre que nous sommes loin de vivre dans une humanité unifiée », a rappelé Mgr Lapierre.

Nombreuses activités

De nombreuses activités avaient été organisées pour marquer la fondation de la nouvelle paroisse: conférence, expositions et concert de chant grégorien par les moines de Saint-Benoit-du-Lac notamment.

Le samedi après-midi, le célèbre animateur de L’Évangile en papier, Claude Lafortune, avait convié les enfants à une activité de bricolage. Une activité, qui, il va sans dire, a connu beaucoup de succès auprès des jeunes participants.

– L’ŒIL REGIONAL/SAMEDI 3 NOVEMBRE 2001.

Date d’érection de la paroisse Trinité-sur-Richelieu de Beloeil : le 1er novembre 2001.

Une nouvelle paroisse pourquoi?

Depuis 1960, la mentalité des québécois et des québécoises a bien changé et leur vision de l’Église aussi. Comme Église, ne pas le reconnaître et ne pas vouloir s’ajuster à cette réalité serait un manque de responsabilité face à la mission que le Christ nous confie. Aujourd’hui il faut plutôt faire naître et faire vivre des communautés chrétiennes vivantes et vivifiantes.

Depuis une dizaine d’années, dans tous les diocèses du Québec, des réaménagements pastoraux ont été mis en place : unités pastorales, jumelages et unifications de paroisses. Des changements de cette importance ont pu provoquer des inconforts et des malaises. Il n’est pas toujours facile de comprendre le bien-fondé d’une telle orientation ou d’une telle décision.

Cependant, il nous faut tenir compte de la situation présente : nos paroisses ont perdu plusieurs membres actifs, la participation régulière à la messe du dimanche et la pratique des sacrements ont connu une chute importante, les prêtres sont de moins en moins nombreux et des signes de essoufflement se manifestent chez ceux et celles qui se sont engagés comme collaborateurs et collaboratrices.

En 1997, les réaménagements proposés par la consultation sur l’Avenir de nos Paroisses sont là pour libérer des énergies pour la mission. La principale conclusion, suite à cette consultation, fut de réaliser une Unité Pastorale avec les trois paroisses de Beloeil -McMasterville pour se centrer sur l’importance d’une nouvelle évangélisation.

En septembre 1999, nous avons vécu la mise en place de notre Unité Pastorale. Les premiers pas furent l’unification des Équipes pastorales et des Conseils de pastorale paroissiale. De plus, la grande enquête sur le profil religieux de la population de Beloeil et McMasterville, est venue nous rappeler que les attentes des gens sont centrées sur l’éveil et la croissance spirituelle, sur la fraternité et le soutien aux plus démunis.

Les 26, 27, et 28 octobre 2001, nous avons franchi une nouvelle étape qui consiste en l’unification des trois paroisses, ce qui viendra réduire tout l’appareillage administratif interne sans réduire les services à la population car nous conserverons nos trois églises.

L’équipe d’animation de paroisse Trinité-sur-Richelieu, Beloeil – McMasterville

André Nolin, ptre,
Jean Girard, ptre,
Louise Bélanger,
Claire Péloquin,
Thérèse Létourneau,
Clément Gauthier,
Gilles Langelier

Icône de la Trinité

Icône de la Trinité

Icône de la Trinité

C’EST PAR JÉSUS QUE L’INVISIBLE S’EST RENDU VISIBLE

L’utilisation du cercle comme symbole du DIEU-TRINITÉ et de l’ÉTERNITÉ sert à la reconnaissance de l’unicité des trois personnes divines. Le CHRIST PANTOCRATOR apparaît au centre d’un grand cercle lumineux délimité par (7) sept séraphins adorateurs et un ruban dentelé pour distinguer la demeure de la TRINITÉ. Les nimbes (auréoles) : Le PÈRE est représenté par le cercle contenant deux carrés en or blanc et rose sur fond or jaune aux lignes de contour blanches. Le CHRIST est personnifié par le nimbe en or jaune aux lignes crucifères rouges, alors que l’ESPRIT-SAINT est signifié par le cercle aux lignes jaunes en or jaune comme le PÈRE et le FILS, mais contenant un carré d’or rose encadré d’or blanc. Les nimbes sont faits d’or fin et bruni pour créer un effet éclatant de lumière.

Les angles de l’icône : La main ouverte qui domine l’élément visuel révèle le geste de don du PÈRE, don du FILS, don de participation au mystère de la TRINITÉ, don de vie et d’amour dans la création de l’homme et de l’univers. Les symboles connus de l’Agneau vainqueur sur le livre de la parole, et celui de la colombe au-dessus d’un feu qui enflamme la terre rappellent bien JÉSUS et l’ESPRIT-SAINT à l’œuvre dans le mystère de la Rédemption. Dans l’angle inférieur, la présence des trois croix unie au milieu de l’eau et devant la montagne, soulignent aussi bien la fondation de la Paroisse Trinité-sur-Richelieu de Beloeil, que la communion de l’être humain à la vie Trinitaire dans l’Église de JÉSUS-CHRIST.

Les inscriptions Pater, Pneuma (souffle) et ICXC (Jésus-Christ) sont écrites en grec. LE CHRIST PANTOCRATOR Le Seigneur de l’Univers. Le CHRIST porte l’étole comme GRAND-PRÊTRE éternel. La tunique pourpre est le signe de royauté et de gloire et le manteau bleu exprime la nature humaine. Pendant que la main gauche tient l’évangéliaire, la main droite pose un geste de bénédiction. Le pouce se joint à l’auriculaire et l’annulaire pour symboliser la relation trinitaire. Le majeur et l’index sont presque droits pour signifier les deux natures de JÉSUS. Dans l’auréole se dessine une croix où apparaissent les lettres grecques O W N « CELUI QUI EST. » Le cou puissant du CHRIST indique l’action de l’ESPRIT-SAINT toujours présent dans le VERBE. L’attitude d’immobilité manifeste toute la paix, toute la plénitude de la Vie dans le CHRIST Souverain. Le fond doré de l’icône essaie de faire surgir une luminosité pour signifier que c’est DIEU qui vient vers nous pas son FILS. A nous de nous laisser habiter par cette sagesse divine qui saura nous transformer pour nous acheminer vers le PÈRE, car DIEU s’est fait homme pour que nous partagions sa gloire dans l’éternité promise.

Icône écrite par Blandine Dionne-Nolin et réalisée à partir d’une icône bulgare du CHRIST PANTOCRATOR de 1607. (15 octobre 2001)